The Overblowers

Cliquez ici pour acheter le CD Somewhere on the Edge of Time

Extraits de l'album :

Publié par The Overblowers

Suite à mon post sur les positions, on m'a demandé pourquoi je préconisais plutôt la première méthode (apprentissage de la musique) que la seconde (apprentissage des positions "classiques" de l'harmonica).
Ce n'est pas qu'elle est mieux en soit, je suis profondément persuadé qu'il faut surtout que chacun trouve la méthode qui lui convient le mieux.
C'est surtout qu'elle me semble plus adaptée aux attentes des jeunes joueurs (jeune en nombre d'années d'harmo, bien sûr).
Je m'explique.


Quand on débute, les premiers pas sont en grande partie du hasard, et on se retrouve à suivre l'une ou l'autre des méthodes sans conscience qu'il en existe plusieurs.
Une fois suivie, elle nous apparaît forcément comme la plus adéquate, puisque c'est celle que l'on connaît.


J'ai commencé l'harmo il y a 30 ans. A l'époque, les harmonicistes jouaient presque exclusivement du Blues.
Il existait 3 grandes façons de jouer le Blues, qui correspondaient au 3 positions "old school". 
Peu d'entre nous sortaient des plans repiqués à droite et à gauche. Finalement, on jouait tous plus ou moins de la même manière, souvent avec le même son.
99% ne savaient pas qu'il était possible de jouer chromatique sur un diato.
Presque le même % n'avait aucun bagage musical, et la majorité ne désirait pas en avoir au-delà des plans à repiquer.
A peu près le même % n'avait pas idée qu'on pouvait optimiser technique de souffle et technique d'altération.
Encore moins qu'on pouvait optimiser nos harmonicas pour les rendre plus réactifs.


Les choses ont énormément évolué. Les débutants d'aujourd'hui ne sont pas ceux d'hier.
Ils en savent 1 million de fois plus sur l'instrument, ses possibilités, sa fabrication, ses réglages, son accordage, etc.
Et surtout, la plupart d'entre eux s'intéressent à plusieurs styles musicaux.
Certains passent du Trad au Blues, du Blues au Jazz, du Jazz à la Variété, de la Variété au Classique ou au Rock, etc.
Et ce dès le début de leur apprentissage.
Enfin, ils ont accès à un nombre d'informations totalement fou, malheureusement souvent contradictoires.
Si je conseille la 1ère méthode, qui consiste en fait à comprendre la musique en même temps qu'on apprend à la jouer, ce n'est pas tant du fait de la méthode, puisque d'autres ont fait leurs preuves, que du fait des joueurs, qui n'ont pas les mêmes attentes qu'il y a quelques années.
Et ces attentes, plus éclectiques que celles des générations précédentes d'harmonicistes, et composées de plus de savoir aussi, correspondent à des méthodes de travail forcément différentes.


Si vous voulez être libre de jouer toutes sortes de musiques, que ce soit en interprétation ou en improvisation, a fortiori si vous espérez développer votre propre jeu, chercher à exprimer vos propres émotions par la musique plutôt que repiquer la forme définie par d'autres, trouver quelle est votre singularité et la développer, alors le chemin qui a le plus fait ses preuves est de loin celui de l'apprentissage musical : la tonalité, la gamme, l'accord, le rythme. Ce sont les outils qui serviront de base à votre expression et vos créations, comme l'étude de la lumière, de la matière et de la perspective le sont pour le peintre. Une fois que vous avez les outils, à vous de les utiliser à bon escient.
C'est même à mon avis le seul chemin réellement possible aujourd'hui, tant on se perd dans la jungle d'informations du Net, car le seul homogène, cohérent, universel et immuable (chacun de ces mots a son importance !). 
Et notons que la tradition orale ne correspond plus à nos modes de vie de toutes les manières.
Enfin, de plus en plus d'harmonicistes débutants cherchent très tôt à mieux "comprendre" la musique, aussi pour mieux l'entendre, et il est probable que le futur se trouve (déjà) là.

Crédit photo : Laurent Vigouroux

Crédit photo : Laurent Vigouroux

Commenter cet article