The Overblowers

Cliquez ici pour acheter le CD Somewhere on the Edge of Time

Extraits de l'album :

Publié par The Overblowers

Bien que je pratique peu les overblows, j'apprécie qu'on fasse avancer le petit instrument. C'est ce qu'ont fait en leur temps les harmonicistes qui m'ont donné le virus !

Jean-Jacques Milteau

Citation de Milteau sur les Overblows
Photo : Thomas Dorn

Photo : Thomas Dorn

Commenter cet article

Pierre Capony 24/03/2015 23:18

"faire avancer ce petit instrument" je crois que ça veut dire "rechercher de nouveaux sons" et pas forcément de chercher des choses difficiles. Alors après c'est comme partout, parfois ça marche et parfois ça marche moins bien.
Le travail ne vous fait pas perdre votre sensibilité, ça c'est un mythe. La fragilité et le feeling se développent aussi mais c'est autre chose.
Ecoutez des musiciens novateurs comme Hendrix, Jeff beck, Pastorius ou Sonny Boy Williamson! Rien d'aseptisé chez ces mecs et pourtant beaucoup de travail...

Patrice Rayon 23/03/2015 20:19

Cette citation ne m'étonne pas...C'est sage :) ...
Personnellement je n'aime pas trop l'idée de rechercher toujours des choses de plus en plus difficiles. Repousser les limites du faisable avec l'instrument oui, mais ses propres limites ça me fait peur...C'est comme si je craignais d'y perdre en sensibilité... Une note imparfaite amène aussi une identité, un caractère, un certain charme... plutôt qu'un côté un peu trop aseptisé.
Pourquoi certains reviennent aux Vinyls après les CDs ?

Patrice Rayon 23/03/2015 20:57

Découvrir de nouvelles notes ne rend pas le jeu aseptisé ;) ... Je n'ai pas écrit cela...
Redit autrement: Je crains que l'excès dans la perfection technique ne puisse empiéter sur certains charmes que l'imperfection offre aussi...

Bertrand Carbonneaux 23/03/2015 20:52

Mon cher Patrice,
Je ne vois pas en quoi découvrir de nouvelles notes rend forcément le jeu aseptisé. Pour ma part, je travaille le timbre de mes overblows comme je travaille celui de mes altérations aspirées. D'ailleurs, ce n'est pas si difficile. :-)

Bertrand Carbonneaux 23/03/2015 15:20

Jean-Jacques Milteau m'a dit un jour qu'il ne travaillait pas les overblows parce que, plus on travaille de nouvelles techniques, plus on a l'impression de ne rien savoir. Tout est question de démarche, selon moi : ce qu'aime Jean-Jacques Milteau, c'est prendre l'harmonica brut de décoffrage et sentir ce qu'il peut en tirer ; ma démarche est de bricoler mes instruments pour tout jouer sur chacun d'eux. Ces deux démarches se défendent. En tous les cas, je suis pour ma part ravi de pouvoir jouer les overblows sur tous mes modèles d'harmonicas.