The Overblowers

Cliquez ici pour acheter le CD Somewhere on the Edge of Time

Extraits de l'album :

Publié par The Overblowers

Je viens de recevoir un nouveau bijou de Maître Brodur, l'occasion pour moi de vous expliquer sur quel instrument je joue.

On me pose parfois des questions concernant le modèle et l'accordage que j'utilise. Euh... je croule pas sous les demandes non plus hin, ah ah ... mais comme ça, ce sera fait, avec les explications à la clé.

 

Le modèle

Pour le modèle, je ne me pose pas 36 questions. Il se trouve que j'achète peu d'harmos, et que je joue toujours avec des modèles que j'ai depuis 5 ans, à raison de 4 à 5 heures par jour ... A la limite, j'ai le souci inverse : j'aimerais bien avoir parfois une bonne raison de faire un achat compulsif ah ah. En fait, j'achète un harmo de temps en temps pour me faire plaisir, sans réel besoin.

Du coup, je m'offre le meilleur, le plus étanche et le plus confortable, donc pas des harmos d'usine.

Je joue sur des modèles Brodur, et la grande majorité du temps sur des modèles Brodur SebCharlier. Je vous encourage vivement à aller voir ce qu'il se passe chez les "luthiers d'harmo", vous ne trouverez pas mieux (je ne connais que les Brodur, mais suis certain que les autres luthiers font également d'excellentes choses).

La raison du réglage SebCharlier est simple : j'ai besoin d'un strict minimum de 4 heures pour régler un harmo correctement, voire parfois bien plus, et je doute toujours d'avoir trouvé le point optimal. Je n'ai pas ce temps là, en plus j'aime pas ça. Le maître le fait pour à peine plus cher que l'harmo sorti des mains du luthier, c'est cadeau !

La perfection de l'harmo ajoutée au réglage de Sébastien Charlier, il y a clairement des phrasés qui me demanderaient beaucoup plus de temps de travail si je n'avais pas une Rolls entre les mains. Pas sûr que j'aurais le courage d'y passer le nombre d'heures nécessaires, d'ailleurs.

Bon, en plus, je dois dire que le fait de jouer sur des instruments aussi beaux est très motivant, et leur excellence donne envie d'en tirer le maximum, donc de se pousser soi-même dans ses derniers retranchements.

 

L'accordage

Ah ... ça c'est une vraie question ! Comme vous avez pu le voir dans les divers posts, j'utilise un accordage Lydien.

Qu'est-ce que l'accordage Lydien ? Il s'agit d'augmenter le 5 aspiré d'un demi-ton. Sur un harmonica en Do, on a donc un Fa# sur le 5 aspiré à la place du Fa.

Notons qu'on l'appelle "accordage Lydien" car l'octave medium est constitué des notes : Do Ré Mi Fa# Sol La Si Do, ce qui est le mode lydien (4ème mode de la gamme de Sol majeur). Nos amis anglo-saxons appellent en général cet accordage le "country tuning" car plusieurs d'entre eux aiment bien utiliser ce genre d'accordage pour les morceaux country (certains utilisent un jeu d'harmo pour le Blues, et un autre pour la Country).

A quoi me sert donc cet accordage ?

Pour faire simple : à rééquilibrer un tant soit peu l'instrument.

L'harmonica présente plusieurs difficultés d'ergonomie : toutes les notes ne sont pas directement accessibles sur l'instrument, les notes sont réparties différemment sur les 3 octaves (ce qui demande donc 3 fois plus de travail), et il n'y a aucune symétrie, ni entre les octaves, ni à l'intérieur d'une même octave.

En haussant le 5 aspiré d'un demi-ton, j'obtiens donc en aspirant : Ré Fa# La sur l'octave medium.

Il s'agit d'un arpège de Ré majeur.

En soufflant, j'ai toujours mon arpège de Do majeur : Do Mi sol

En altérant (altération aspirée), j'obtiens du coup : Réb Fa Lab, ce qui est un arpège de Réb majeur.

Et en overblowant (altération soufflée), j'obtiens : Mib Sol Sib, ce qui est un arpège de Mib majeur. En effet, en overblowant le 5 soufflé, donc le Mi, on obtient 1/2 ton au-dessus du 5 aspiré, ce qui donne un Sol dans le cas d'un harmo Lydien.

J'ai donc 4 arpèges majeurs à 1/2 ton d'intervalle les uns des autres. De quoi passer d'une tonalité à l'autre un peu plus facilement, uniquement en changeant la position de la langue ou le sens du flux d'air.

Ca a une autre implication : toutes les tonalités à dièses ont un Fa# ... je suis bien content dans ce cas de l'avoir par défaut sur l'instrument. Toutes les tonalités à bémols ont un Fa naturel, beaucoup ont un Fa et un Lab, et certaines ont un Fa et un Lab et un Réb. Du coup, avoir à altérer 2 notes sur 3, voire 3 notes sur 3 est tout à fait appréciable (plutôt que de changer constamment le flux d'air et la position de la langue).

En fait, il n'y a que 2 tonalités sur lesquelles je vais devoir inclure une unique altération au milieu des phrasés : Fa majeur et Bb majeur. Comme elles font partie des tonalités les plus simples (ou disons, celles que l'on acquiert le plus rapidement), c'est pas non plus la mort ...

 

Tout ça ne fait pas de l'harmo un instrument totalement symétrique, mais ça simplifie quand même pas mal de choses.

Je peux développer certains phrasés, notamment ceux qui évoluent par enchaînements de demi-tons (ce que j'aime beaucoup !), bien plus facilement. Ca ne veut pas dire que ce serait infaisable autrement, mais là encore, je crois que ça me demanderait trop de travail pour que je m'y attelle ...

Après, bien sûr, il y aura des phrasés plus simples sur un Richter que sur un Lydien, et inversement, en fonction du phrasé. Pour les phrasés les plus riches, et donc les plus complexes à mettre en oeuvre, je reste persuadé qu'ils sont en moyenne bien plus simples sur un Lydien.

 

Je n'ai pas trouvé comment améliorer plus la symétrie de l'instrument, et en suis donc resté là.

En revanche, je teste en ce moment le fait de rajouter des valves, notamment sur les premières cases, afin de descendre jusqu'au B grave, qui me manque sur l'un de mes thèmes, tout en gardant le Eb grave (j'ai testé un harmo à 12 trous, pas convaincu par le résultat, ou alors il faudrait que Mister Brodur en réalise ...). Ca fonctionne bien, mais je pense que je garderai cet harmo comme un second harmo dans la valise à 2 harmos, et non pas comme harmo principal (trop habitué pour le moment au 1° pour obtenir le Eb, et nécessité de garder d'une manière ou l'autre la symétrie soufflée entre graves et mediums - encore que la symétrie serait plus forte en valvant tout -).

 

L'accordage Lydien paraît assez vite presque naturel. Au-delà de la symétrie qu'il propose, je pense qu'il y a une raison "historique" à cela. On est nombreux à avoir appris l'harmo en l'utilisant essentiellement en aspirant (c'est le cas de la fameuse 2nde position, où toutes les notes de l'arpège d'origine sont aspirées). Selon ce principe, on est souvent parti de la tonalité de Sol (sur un harmo en Do). Si on joue du Blues, le Sol mixolydien ou blues seront de rigueur (donc avec un Fa naturel). Mais lorsque l'on commence à s'intéresser à d'autres musiques, on se rend vite compte que la tonalité majeure offre plus de possibiltés (tant qu'on garde le mixo à proximité, pour revenir à nos bonnes vieilles habitudes). Or la tonalité majeure de Sol contient un Fa# et non un Fa.

En quelques sortes, j'ai transformé mon harmo qui était en Do "soufflé", si je puis dire, alors que je jouais en Sol dessus, en instrument en Sol "aspiré", donc plus proche de l'utilisation réelle que je fais de l'instrument. C'est juste une image ...

On pourrait autrement dire que, quitte à jouer en Sol, autant que l'instrument soit accordé sur la gamme de Sol majeur.

 

Maaaalheur, comment en suis-je arrivé là ?

Le premier à m'avoir parlé de cet accordage est Sébastien Charlier, qui l'avait adopté déjà depuis un moment quand je l'ai rencontré. Bon, quand le gars joue ce qu'il joue, tu te dis que c'est peut-être pas un hasard s'il a décidé de changer son accordage, et que c'est probablement pas juste une lubie personnelle ...

J'ai d'abord freiné des 4 fers, je jouais beaucoup de Blues à l'époque, et avais peur d'être désorienté, et de ne plus arriver à jouer mes phrasés. En même temps, c'est justement parce que j'en avais marre de jouer tout le temps les mêmes plans que j'étais allé voir Sébastien... paradoxe, quand tu nous tiens...

C'est pas juste pour vous raconter ma vie que je vous dis ça, c'est parce que ce sont des remarques qui me reviennent systématiquement lorsque je parle de cet accordage à un harmoniciste qui se demande s'il va l'essayer ou pas.

En fait, une fois passée la suprise de départ du Fa# qu'on n'attend pas là, on se fait non seulement très vite à cet accordage, mais on arrive aussi très bien à passer du Richter au Lydien et inversement, sans se mélanger les pinceaux.

J'ai longtemps joué avec un jeu d'harmos en Richter pour le Blues, et un seul harmo en C Lydien pour tous les autres morceaux. Cela ne m'a jamais posé de problème, jusqu'au moment où j'ai réalisé que je n'avais plus besoin de tous mes harmos en Richter, mais c'est une autre question.

A un moment donné, je réflechissais une partie de mon répertoire en 2nde position, et l'autre en série d'accords et de lignes mélodiques. Cette démarche m'a permis petit à petit, en douceur, de penser les choses différemment, et de m'intéresser plus profondément à la musique, tout en continuant de m'éclater à lâcher les fauves sur mes morceaux Blues, Rock, Funky, etc.

C'est bon parfois de s'obliger au changement, et d'accepter de ne plus être dans sa zone de confort habituelle. En fait, je me rends compte maintenant que ce n'est pas possible de progresser autrement qu'en s'obligeant à sortir de sa zone de confort, quel que soit le moyen utilisé (pas forcément en changeant d'accordage, je veux dire).

 

En tous les cas,  on peut partir du principe que s'acheter un Golden Melody pour le transformer en Lydien et tenter de jouer quelques mélodies en G majeur et en E mineur, c'est pas l'investissement du siècle, ni en argent ni en temps, et ça ne change rien au reste de son jeu sur un Richter. Quand vous entendrez comment vous sonnez sur Autumn Leaves, vous comprendrez vite l'intérêt manifeste de la manoeuvre ...

 

Pour ceux qui viennent d'accorder un harmo en Lydien pour voir ce que ça donne, vous pouvez refaire cet exercice en Em penta, ainsi que les exercices "Inno".

 

En espérant que tout cela vous aidera dans votre propre réflexion et cheminement.

 

Je pars quelques jours en vacances et serai moins dispo, à bientôt,

 

Jérôme

 

Admirez un peu ces oeuvres d'art et de technologie !

Celui sur lequel je joue tout le temps : Noix de Tagua & Cocobolo, très fin, puissant et neutre
Celui sur lequel je joue tout le temps : Noix de Tagua & Cocobolo, très fin, puissant et neutre

Celui sur lequel je joue tout le temps : Noix de Tagua & Cocobolo, très fin, puissant et neutre

Ma dernière acquisition : Modèle Golden Type - Ebène, tout en rondeurs, doux et neutre
Ma dernière acquisition : Modèle Golden Type - Ebène, tout en rondeurs, doux et neutre

Ma dernière acquisition : Modèle Golden Type - Ebène, tout en rondeurs, doux et neutre

Commenter cet article

laurentd66 17/07/2014 13:36

Bon OK c'est du Lydien, mais Lydien ou pas, qu'est ce qu'ils sont beaux, et surtout ton dernier...

Bonnes vacances !

JersiMuse 18/07/2014 14:19

Merci Laurent !
J'ai oublié de préciser que celui tout noir, en ébène, est également dispo sous la signature SebCharlier, donc réglé par le maître.
D'une précision et d'une étanchéité absolument incroyables !

Bonnes vacances à toi si tu en prends !

Jay 16/07/2014 01:34

En accordage lydien sur un C
on a une superbe gamme blues de B (ca serait pour les positionnistes la 6eme position)

JersiMuse 18/07/2014 14:18

Exact ! J'ai prévu de faire un post dessus d'ailleurs, mais pas pour tout de suite, il faudrait que je prenne le temps d'enregistrer quelques exemples ...
Merci pour le com"

LaurentHarp 15/07/2014 16:13

Bel article qui traite vraiment bien du sujet!
Petit détail (mais qui peut nuire un peu à la compréhension): dans le chapitre "Le modèle", tu as mis le mot accordage alors que tu parles de réglage ("La raison de l'accordage SebCharlier est simple").

JersiMuse 15/07/2014 16:59

Merci Laurent.
Yes, bien vu ...

Musashi 15/07/2014 15:20

Amusant que tu explique en détail tout les arpèges possible avec un lydien, mais c'est vraiment pour ceux qui hésite à sauter le pas.
Une fois un lydien entre les main, c'est le truc que l'on retrouve tout seul d'instinct, sans nécessairement être au courant de tout ces arpèges et on se dit "mazette, c'est marrant mais ça sonne mieux de passer de trou en trou uniquement en soufflant/alterant/aspirant/overblotant/rayer la mention inutile.

Sinon, t'as oublier de préciser pourquoi on appelle ça un lydien car au lieu d'avoir la gamme majeure de la tonalité de l'harmo en médium, on a la gamme majeure lydienne de la tonalité de l'harmo en médium. C'est bête, mais c'est bien le seul accordage ou le nom correspond à quelque chose de théorique (country, pady, richter, ect...plein de nom farfelu qui ne parle à personne )

JersiMuse 15/07/2014 15:25

C'est vrai, quand on joue un peu dessus, on comprend vite l'intérêt. Mais je t'assure que beaucoup de gens n'osent pas tenter le coup, d'où les explications plus "logiques" pour détailler pourquoi ça marche.
En fait, à l'expérience on se rend compte que l'intérêt va bien au-delà des arpèges.

C'est vrai aussi pour le nom de l'accordage, je vais le rajouter.