The Overblowers

Cliquez ici pour acheter le CD Somewhere on the Edge of Time

Extraits de l'album :

Publié par The Overblowers

"Les over, tu fais ça une fois que t'es déjà très bon, c'est pour les méga-balaises".

 

Alors ça, vraiment, c'est faux et archi faux ! Pour être tout à fait honnête, c'est un débat qu'on voyait pas mal sur les forums il y a 4 ou 5 ans, et qu'on ne voit plus beaucoup.

Sans doute parce que ceux qui les fréquentaient à ce moment-là, se sont rendu compte que ce n'était finalement pas si compliqué que ça. En tous cas, pas plus que les altés (voire bien moins, on en a déjà parlé).

Sans doute aussi parce que y'a les p'tits jeunes qui poussent, derrière. Ils ne connaissent pas nos débats d'arrière garde, et certains de ces malotrus se permettent d'apprendre les overblows en même temps que les altérations. Ah ces jeunes ! Ils n'ont vraiment aucun respect, et n'attendent pas que nous soyons au niveau pour s'y mettre (au niveau, faut suivre les vieux !).

 

Evidemment, en-dehors de vous indiquer des jeunes gens avec peu d'expérience qui maîtrisent déjà pas mal les overs (voir la rubrique Vidéos pour quelques exemples), en tous cas souvent mieux que leurs altérations, je n'ai pas grand-chose pour prouver mes dires.

Je sais simplement que les personnes qu'on a eues en stage et qui ont commencé les overnotes rapidement après les altérations, se débrouillent très bien avec, et ne se demandent pas s'ils ne seraient pas allé un peu trop vite par hasard.

C'est vrai, quand on y pense, c'est absurde comme frein : "je veux pas le faire parce que je n'ai pas encore le niveau, si ça se trouve je vais y arriver, et là, je risquerais de progresser plus vite que ce qui est habituellement admis par la grande confrérie des harmonicistes". Sans rire, quel est le risque à apprendre les overnotes rapidement ? Sachant en plus que d'autres le font et y arrivent ?

Non non, je vous assure, ces p'tits jeunes ne regrettent pas d'avoir progressé, et vu de l'extérieur, on sent qu'ils ont une marge de progression impressionnante. Justement parce qu'ils n'ont pas peur d'essayer, de chercher, et qu'ils trouvent.

Justement aussi parce qu'en imaginant leur instrument comme un instrument chromatique, même s'ils sont loin de jouer dans toutes les tonalités, cela décuple leurs capacités.

Pour faire un parallèle, disons qu'un enfant qui a un vocabulaire restreint aura plus de difficultés à exprimer sa pensée, qu'un enfant qui a un large vocabulaire. Notons qu'il aura aussi plus de difficultés à jouer avec des concepts abstraits, ce que nous faisons tout le temps en musique (à moins d'être Mozart, et de pouvoir tout entendre et tout jouer dès la naissance, mais perso, c'est loin d'être mon cas).

Partir d'un instrument chromatique, c'est un peu comme partir avec une connaissance de plusieurs milliers de mots plutôt que plusieurs centaines. Même si l'on est encore maladroit dans la réalisation des phrases, on aura beaucoup plus de facilités à les aborder, et à s'exprimer pleinement, une fois qu'on aura pris l'habitude de jouer avec quelque-chose que l'on connaît déjà, et qui a été à la base même de la formation de notre pensée.

 

Apparté qui n'a à voir avec la choucroute qu'au niveau de la saucisse

Tiens, pendant que j'y suis, je serais prêt à parier que la grande majorité des gens qui ont l'oreille absolue ont appris à lire et écrire la musique très jeune. Si quelqu'un a connaissance d'une étude sur la question, je suis preneur.

D'après moi, ce serait logique, tout simplement parce qu'il y a un lien direct entre la façon dont nous avons formé notre pensée, et nos capacités sensorielles & cognitives.

La lecture et l'écriture, au même titre que le vocabulaire, font partie de ce qui forme profondément, essentiellement, notre pensée.

Evidemment, on trouvera toujours des Django, analphabète et génie musical, pour prouver que le contraire existe aussi. Oui, ça existe, à condition d'être génial.

Là encore, c'est à chacun d'estimer ce qui lui convient le mieux ...

 

Notons enfin que ces vieux qui disaient il y a quelques temps d'attendre d'avoir un niveau suffisant avant d'aborder les overblows, ont aujourd'hui un problème de taille : intégrer une chose dont ils se sont passés trop longtemps. Et s'ils ont besoin des overnotes, alors il faut refaire le chemin en arrière, pour prendre une autre route, et réapprendre une partie de son savoir. C'est non seulement difficile (il faut en partie désapprendre les mauvaises habitudes avant d'apprendre), mais cela demande une abnégation bien plus grande que d'apprendre tout de suite dans le bon sens (il faut accepter d'abaisser volontairement son niveau de jeu, pour l'augmenter plus tard, on redevient débutant dans un domaine que l'on croyait maîtriser, ce qui n'est jamais agréable). 

Pas très efficace comme méthode d'apprentissage !

D'ailleurs, vous remarquerez que la grande majorité des instruments ont des notes réputées plus difficiles à obtenir que les autres. Chez les sax par exemple, on commence par apprendre les notes qui sont directement accessibles, puis on ajoute quelques bémols, puis on ajoute les graves (et à la fin les suraigus, me semble-t-il).

Pourtant, dans 100% des cas (à part à l'harmo), on apprend toutes les notes longtemps avant d'être méga-balaise, justement parce qu'aborder l'instrument dans sa globalité va nous aider à devenir méga-balaise !

 

Mon conseil du jour : n'attendez pas d'atteindre un certain niveau pour apprendre des notions et des techniques qui vous attirent. Ce sont justement ces efforts qui vous feront progresser. Vous n'atteindrez donc jamais le niveau que vous attendez pour les aborder, si vous ne les abordez pas !

Les Mozart et les Django trouveront leurs propres méthodes, pour les autres : à vous de jouer !

 

Les autres mythes ici

 

Overnotes : mythes et réalités n°5

Commenter cet article

Musashi 31/10/2013 21:34

Wikipedia, paragraphe sur l'hérédité:
http://fr.m.wikipedia.org/wiki/Oreille_absolue

Et ça me paraît normal, le mandarin est une langue tonale, un phonème pour 4 mots aux sens differents. En fait c'est 5 avec le ton neutre mais bon.
Je serais curieux que cette étude soit faite sur des vietnamien/cantonais car le nombre de tons différents est proche voir supérieur à la dizaine.
De ce que je me souviens de mes cours de lycée, au bout de 3 ans personne n'était capable de parler correctement le mandarin justement à cause des tons. Les rares à avoir une prononciation un peu meilleur que les autres étaient les musiciens maintenant que j'y pense.

Sinon, faudrait vraiment que je puisse m'enregistrer car à par la gamme chromatique sur 3 octaves et 1 demi ton, je ne sais objectivement rien faire au diatonique.
Je ne sais pas si je doit en être fier ou non, je sais juste que mon blocage sur l'instru c'est fait très vite justement car les over n'avait pas la cote début 2000 pour les non initiées et que bosser des gammes sans avoir toutes les notes à disposition ne m'a jamais attiré... et vu que pour faire de la musique il faut faire des gammes...

JersiMuse 05/11/2013 18:51

C'est chiant parce que tu le refais pour chaque gamme, mais une fois que tu connaîtras l'instrument par coeur, y compris les gammes que tu bosses, je pense que tu continueras à choisir tes notes avec ce schéma en tête, sans forcément avoir à l'écrire pour une nouvelle gamme ou un nouveau morceau.
Plus j'y réfléchis, et plus je m'aperçois que c'est comme ça que je pense l'instrument en fait. Je pense les notes avant de penser les trous, et donc la technique pour obtenir la note.
Sauf que si j'avais eu ton idée, je serais allé beaucoup plus vite ! :-)

POM 04/11/2013 12:18

Mersi Jerome.
Je l'ai fait un peu à l'arrache.
Je trouve de c'est plus tourné vers la musique et moins sur l'instrument. Du coup aussi, on se demande vraiment pourquoi on devrait se passer de certaines notes.
Je visualise également mieux les intervalles (ton 1/2 ton etc )
Par contre c'est chiant à faire. (faire sur Keynote)

PS : (par contre, là il y a un problème de taille de police, et une ou deux erreurs)

JersiMuse 03/11/2013 16:29

Extra ! je trouve ça vraiment extra !!!
C'est bien plus logique, et quand on travaille ses gammes, ça me paraît bien plus proche de la façon dont on imagine l'instrument en fait (on ne se demande plus comment obtenir le son, mais plutôt quelle est la note suivante dans la gamme, comme tu l'as justement remarqué !).
Parce que avec l'autre représentation, on ne va pas bien loin côté gammes, c'est juste impossible d'imaginer un instrument totalement déstructuré, sans suivi des notes.
Bien vu !

pom 03/11/2013 00:39

je me suis fait un représentation de l'harmo en fonction des notes, et non de la façon de la obtenir.
Du coup, je visualise mieux la gamme.
qu'en penses tu ?
http://www.youtube.com/watch?v=jV1tqSJWq5Q&feature=youtu.be

JersiMuse 01/11/2013 16:28

:-)

Musashi 01/11/2013 16:22

Oui, a force de se le répéter... j'ai envie de faire des gammes.
Car les gammes, c'est quand même le plus minimum requis pour avoir un chemin sur lequel foncer a son rythme.

Quoi qu'il en soit, cette discussion m'a donné envie de me remettre au chinois. C'est malin.

JersiMuse 01/11/2013 15:23

Ah oui, là, clairement, il arrive qu'il faille se satisfaire de peu car on n'a pas forcément (rarement même) le même niveau sur l'instru et à l'oreille.
C'est un peu comme ce qui est décrit ci-dessus, à mon avis, il faut "y aller quand même", accepter que c'est très loin d'être aussi bon que ce qu'on a dans la tête, parce que c'est en le faisant qu'on va progresser, et s'approcher petit à petit de ce qu'on a dans la tête (sauf qu'alors l'oreille se développe aussi, et ce qu'on a dans la tête progresse également, ce qui fait qu'on courre toujours après un truc qu'on n'a aucune chance de rattraper).
Je pense que je ne t'apprends rien, et que j'enfonce des portes ouvertes ... mais il faut quand même se le répéter régulièrement :-)

Musashi 01/11/2013 15:06

Je parle de musique interprété et improvisé:
D'une part parce que je ne me suis jamais forcé à bosser de morceau dans leur intégralité. Ce qui signifie que je ne sais "rien" jouer vu que je j'ai aucun répertoire.
Question de travail, rien de bien grave...sauf que pour l'instant je ne compte pas m'atteler à ce problème. Interpréter un morceau ou ressortir des plans, ça reviens au même pour moi pour l'instant.

D'autres part pour l'impro, le problème que je rencontre viens du fait que ce j'entend intérieurement, je n'arrive pas à le reproduire une fois l'instrument en bouche.
La transposition oreille-instrument ne se fait pas assez vite. Voir pas du tout.
C'est une question de représentation mentale du son de l'instru. Je sais ou sont les notes dessus et comment les sortir, je ne fait juste pas le lien entre les notes et les sons.
Encore que ce n'est pas tout à fait exact non plus. Si je traite chaque son indépendamment des autres et avec suffisamment de temps ça va. Encore heureux depuis le temps que je souflotte. Sauf que plus que les sons, c'est leur enchaînement (les intervalles donc) qui me pose problème.

Pour fixer les intervalles dans mon imaginaire, faut donc que je fasse des gammes. Comme je bosse lentement...
Être capable de jouer toutes les notes est indispensable. La c'est bon. Être le plus juste possible ne serait pas du luxe. Là, c'est pas ça.

Du coup, là question de quel gamme pour respecter l'harmonie est encore loin. Et il n'y a bien qu'avec la gamme chromatique que le plantage est évité.
Ce qui me fait revenir sur mes pieds: à par là gamme chromatique, je ne sais rien faire. CQFD.

Pour en revenir à l'éducation de l'oreille, s'y prendre tôt augmente donc les chances d'en avoir une bonne mais ne garantie rien. Avoir une langue maternelle tonale aussi apparemment.

JersiMuse 01/11/2013 14:14

Je n'avais pas pensé à l'influence de la langue ...

C'est étonnant ce que tu dis là le Mus'. Ca veut dire quoi "je ne sais objectivement rien faire" ? Tu parles de musique interprétée ou improvisée. Parce que pour la première déjà, une fois que t'as toutes les notes, je ne vois pas ce qui t'empêche de jouer quelque chose d'écrit. Et pour la seconde, tu n'as pas pleinement besoin d'une technique de dingue. Les premiers verrous à faire sauter sont souvent plutôt dans la tête que dans la technique. Une fois ces verrous ouverts, la technique permet d'aller plus loin, plus efficacement, plus justement, bref, de jouer de la musique en gros :-)
Pour preuve, certains n'ont ni verrou ni de technique, et arrivent très bien à improviser (après, il vaudrait mieux qu'ils acquièrent un peu de technique, pour le repos de nos oreilles, on est d'accord ...).

POM 31/10/2013 18:39

Merci pour ce post.
C'est sur que quand on commence l'harmonica aujourd'hui, ça parait vraiment bizarre de faire une différence entre les alté et les over. Ce ne sont que des notes utiles, alors pourquoi s'en priver.
ça offre aussi d'autres chemins de jeu.
Je suis d'ailleurs surpris de la représentation de l'harmonica. Pourquoi on ne le représente pas avec des notes qui se suivent plutôt que par la façon de les obtenir.

JersiMuse 31/10/2013 19:10

Idée que je sens plus qu'intéressante, mais elle me perturbe dans mes propres habitudes. Qu'entends-tu par là ? Montrer la série de notes dans l'ordre, et indiquer comment les obtenir, plutôt que montrer dans l'ordre de la technique utilisée, avec la note que ça produit en face ? c'est ça ?